Alex Aebi

Les interactions inter-spécifiques et leurs liens avec l’agriculture sont au centre de mes intérêts scientifiques.

Je consacre aujourd’hui mes recherches à des questions très appliquées comme la protection des plantes en agriculture et la protection de l’environnement. J’utilise mon expérience et les techniques (moléculaires, de terrain et comportementales) acquises tout au long de ma formation, à l’étude de l’impact environnemental des insectes invasifs et/ou introduits.

Mes travaux actuels m’obligent à aborder de nombreux problèmes contemporains liés à différentes évolutions de la société. L’évolution du commerce international et le réchauffement climatique affectent la distribution mondiale de nombreuses espèces. Les échanges de marchandises à l’échelle planétaire effacent les barrières biogéographiques entre les zones écologiques et permettent des mouvements fréquents d’organismes jusqu’alors confinés dans leurs aires de répartition naturelles. Même si mes recherches contribuent à mettre en évidence des processus généraux expliquant la biologie de l’invasion, elles illustrent, en même temps,  l’importance des facteurs humains comme la mise en place de stratégies de contrôle phytosanitaires dans les aéroports ou plus précisément, la perception du risque variant énormément d’un inspecteur à l’autre.

Enfin, j’applique et je développe des procédures d’évaluation de risques environnementaux pour une meilleure mise en œuvre de la lutte biologique en Suisse et en Europe. En particulier, j’étudie le cynips du châtaignier et son agent de contrôle biologique (un parasitoïde exotique). Ce modèle illustre parfaitement l’interdépendance de l’économie, du droit suisse, mais aussi de la perception du problème par le public sur les processus décisionnels en oeuvre tout au long de la procédure d’homologation d’un nouvel agent de lutte biologique.

Cette interdépendance entre processus décisionnels, société et phénomènes biologiques m’intéresse beaucoup. Je me rend chaque jour de plus en plus compte de son importance et de la nécessité d’appréhender ces question agro-écologique du point de vue de la biologie ethnologie.

Expérience professionelle

2012-date: Maître d’Enseignement et de Recherche in agroecology, University of Neuchâtel, Switzerland.

2008-2012: collaborateur scientifique. Agroscope Reckenholz-Tänikon, Research Station ART, Zürich, Switzerland.

2007: Postdoc. Unit of Ecology & Evolution, University of Fribourg, Switzerland.

2004-2006: Postdoc. Institute of Evolutionary Biology, University of Edinburgh, Scotland.

Education

2000-2004: Doctorat, Université de Neuchâtel, Suisse.

1998-1999: Master, Université de Neuchâtel, Suisse.

1994-1998: Bachelor en entomologie et botanique,  Université de Neuchâtel, Suisse.

1990-1994: Gymnase Cantonal de Neuchâtel, Switzerland.

Publications choisies

Bacon SJ, Bacher S and Aebi A (2012) Gaps in border controls are related to quarantine alien insect invasions in Europe.PlosOne 7(10): e47689 PDF

Aebi A , Vaissière BE, vanEngelsdorp D, Delaplane KS, Roubik DW and Neumann P (2011) Back to the future: Apis vs. non-Apispollination. Trends in Ecology and Evolution doi:10.1016/j.tree.2011.11.017

Aebi A and Neumann P (2011) Endosymbionts and honey bee colony losses? Trends in Ecology and Evolution 26(10) 494

Gibbs M, Schönrogge K, Alma A, Melika G, Quacchia Q, Stone GN and Aebi A (2011) Torymus sinensis: a viable management option for the biological control of Dryocosmus kuriphilus in Europe? BioControl 56:527–538

Aebi A, Schönrogge K, Melika G, Quacchia A, Alma A and Stone GN (2007) Native and introduced parasitoids attacking the invasive chestnut gall wasp Dryocosmus kuriphilusEPPO Bulletin 37: 166-171 PDF

Aebi A, Schönenberger N, Bigler F (2011) Evaluating the use of Torymus sinensis against the chestnut gall wasp Dryocosmus kuriphilus in the Canton Ticino, Switzerland. Agroscope Reckenholz-Tänikon Report (ISBN: 978-3-905733-20-4) pp. 71 PDF available here

Mon site internet personnel: http://alexaebi.wordpress.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *